Sommaire

Monter à cheval ne s'improvise pas ! Comme pour l'harnachement en général, le choix d'une selle de cheval doit être précis et correspondre parfaitement à la morphologie de l'animal pour éviter toute gêne ou blessure. Certes, le cavalier achète sa selle en fonction de son confort personnel et aussi pour son esthétisme. Mais il est essentiel de bien prendre en compte tous les critères liés à la discipline pratiquée et surtout au bien-être du cheval.

Comment choisir sa selle de cheval ?

L'essayer, c'est l'adopter ! Avant l'achat d'une selle, il est indispensable de la tester sur plusieurs jours, en manège ou en extérieur. Elle doit être confortable, ne pas vous échauffer, ni vous blesser. Votre poids doit être bien réparti sur le dos et sur la partie charnue de l'animal. On va donc prendre en compte la morphologie du cheval et la corpulence du cavalier.

Une selle bien adaptée doit se poser naturellement sur le dos de l'équidé en épousant parfaitement ses formes. Votre main doit toujours pouvoir passer entre le pommeau et le garrot du cheval. Attention, une selle inadéquate peut provoquer des boiteries, des blessures, voire des problèmes de dos.

La taille varie de 15 à 18 pouces :

  • 15 à 16 pouces, pour les poneys et double-poneys (donc pour les enfants) ;
  • 16,5 à 17 pouces, pour les petits chevaux (pour les enfants, adolescents et adultes de petite taille) ;
  • 17 à 18 pouces, pour les autres chevaux (pour les adultes en règle générale) ;
  • 18 pouces et plus, pour les chevaux lourds ou très enrobés type percherons (pour les personnes très grandes ou corpulentes).

Les différents modèles de selle en fonction de la discipline

Le modèle de selle est à choisir en fonction de la discipline pratiquée car les caractéristiques et les points d'appui sont différents d'une selle à une autre. Une selle adaptée à votre discipline de prédilection vous permet d'avoir une bonne position à cheval, mais aussi de donner le meilleur de vous-même.

La selle d'obstacle

En saut d'obstacles, le cavalier est régulièrement en équilibre pour pouvoir sauter. La selle d'obstacle, coupée en avant, possède des quartiers courts et prononcés vers l'avant pour bien accueillir les genoux. Le siège est plat et légèrement creux pour donner plus d'aisance au cavalier au moment du saut.

La selle de dressage

Contrairement à la précédente, la selle de dressage est coupée droite et conçue pour un cavalier souvent assis pour travailler sa reprise. Sa jambe est descendue. On dit qu'il est « chaussé long ». 

Les quartiers sont longs pour se positionner sous la jambe du cavalier. Les taquets avant, beaucoup plus prononcés qu'à l'obstacle, permettent une bonne position de la jambe. Quant au siège, il est profond pour assurer une bonne assise au cavalier et améliorer son assiette. 

La selle de randonnée

Elle est réputée pour être très confortable. Le siège est creux et plus large que celui des autres, ce qu'apprécie le cavalier assis durant plusieurs heures. Ni lui ni le cheval ne doivent se fatiguer. La selle de randonnée est pour cela équipée de matelassures larges afin de bien répartir le poids du cavalier sur le dos de l'animal. 

Le cavalier est également chaussé long pour avoir la jambe descendante. Cette selle a la particularité d'être composée de plusieurs anneaux, pour permettre au cavalier d'accrocher des sacoches ou autres bagages.

La selle mixte

L'avantage de la selle mixte est sa polyvalence. Elle peut être utilisée sur plusieurs disciplines équestres. Néanmoins, elle peut avoir une prédominance pour les disciplines d'obstacle ou de dressage.

Elle est surtout choisie pour une équitation de loisir et non pour la pratique intensive d'une discipline spécifique.

Selle d'équitation : quelle matière choisir ?

Vous avez le choix entre une selle en cuir ou une selle synthétique.

Selle en cuir

Très résistante, esthétique et généralement de belle qualité, la selle en cuir demande un entretien régulier pour nourrir le cuir. Sa durée de vie est plus longue que celle en synthétique.

Selle en synthétique

La selle synthétique ne possède pas les mêmes lettres de noblesse que celle en cuir ! Cependant, elle a l'avantage de demander moins d'entretien, d'être plus légère et aussi plus abordable car on en trouve à tous les prix. Les selles synthétiques de première gamme ont une durée de vie plus limitée que les autres selles. 

Autres accessoires de sellerie

En complément de la selle, vous aurez besoin de différents accessoires, plus ou moins indispensables :

  • Une sangle pour tenir la selle en place. Elle doit être solide. Il en existe de toutes les tailles, le plus souvent en cuir, en corde de nylon, en toile à sangle ou élastique. Généralement, on utilise une sangle courte pour la selle de dressage ou de randonnée, tandis qu'on privilégie une sangle longue pour l'obstacle.
  • Des étrivières, un type de lanières souvent en cuir, sont utiles pour recevoir les étriers.
  • Des étriers sont indispensables pour bien maintenir les pieds du cavalier. Il en existe en plastique ou en métal et de différentes couleurs.
  • Un collier de chasse (ou une bricole) qui permet un meilleur maintien de la selle en place.
  • Une croupière, elle évite à la selle de se déplacer vers l'avant et se passe sous la queue du cheval. 

Selles de cheval : tarifs

Les selles en cuir sont beaucoup plus chères que les selles synthétiques. On observe quand même pour chacune d'entre elles une large fourchette de prix. La qualité et le confort font toute la différence !

Quelques prix à titre indicatif :

  • pour les selles en cuir : comptez entre 700 € et 4 000 € ;
  • pour les selles en synthétique : comptez entre 200 € et 2 000 €.

Dans quelques magasins de sport, on peut dénicher des selles mixtes (cuir et synthétique) à partir de 250 €. 

Aussi dans la rubrique :

Pratiquer l’équitation

Sommaire