Sommaire

En règle générale, l'étalonnier se charge de la saillie du cheval. Il en assure les mesures de sécurité et d'hygiène et possède pour cela un minimum de connaissances et de compétences sur le sujet. Quelles sont les différentes méthodes pour une saillie chez les équidés ? Explications.

La saillie d'une jument : mode d'emploi

Il existe globalement deux méthodes pour saillir une jument : la monte en main et la monte en liberté. On peut aussi faire appel à l'insémination artificielle ; on aura récupéré dans ce cas la semence de l'étalon.

Voici les points importants à retenir sur le déroulement d'une saillie :

  • L'accouplement est très rapide, il dure environ deux ou trois minutes.
  • Une fois seulement en érection maximale, l'étalon chevauche la jument, qui ne doit pas bouger pendant l'éjaculation.
  • Si l'étalon rencontre quelques défaillances (parfois le cas), l'accouplement est reprogrammé.
  • Les étalons peuvent avoir leurs préférences concernant leurs partenaires. Ainsi, une jument peut refuser catégoriquement un étalon présenté s'il ne lui plaît pas.

Avant la saillie, l'étalonnier contrôle l'identité de la jument, au moyen de son carnet, ainsi que son statut sanitaire. Une fois la saillie terminée, il tamponne le document d'identification par un visa.

Saillie : méthode de la "monte en main"

La monte en main est une méthode préparée et étudiée, durant laquelle la jument et l'étalon sont tenus en longe. L'étalon peut être sollicité au maximum 4 fois durant la journée pour saillir.

Préparation de la jument pour une monte en main

Avant l'accouplement, on prépare la jument en la plaçant dans une barre. Puis, on lui gaine la queue. L'hygiène des deux partenaires doit être irréprochable avant et après la saillie.

Pour parer à toute ruade éventuelle de la part de la jument, on peut chausser ses postérieurs avec des protections. Certains étalons mordent leur partenaire durant l'accouplement. Aussi, il est judicieux de mettre une protection de l'encolure jusqu'au garrot de la jument.

Rôle de l'étalonnier durant la monte

L'étalonnier joue un rôle important avant et après la saillie, car il doit :

  • gérer la surexcitation d'un étalon nerveux, pour ne pas blesser la jument ;
  • éviter que la jument ne soit agressive ;
  • guider correctement l'un et l'autre en douceur.

Saillie : méthode de la "monte en liberté"

La monte en liberté est entièrement naturelle, sans aucune intervention humaine. Certains éleveurs préfèrent utiliser cette méthode pour certaines races, comme le poney par exemple. Elle est également particulièrement privilégiée en Espagne et au Portugal, considérée comme « reproduction de valeur ».

Les deux principaux avantages :

  • L'étalon détecte la jument en chaleur et peut la saillir plusieurs fois lors de sa période de chaleur, ce qui permet un taux de fécondité beaucoup plus élevé.
  • Il est simplement hébergé avec la (ou les) jument(s) à saillir, sans hongres ou autres étalons dans le troupeau.

Les inconvénients :

  • La monte en liberté demande une grande surveillance et beaucoup d'attention de la part de l'éleveur.
  • Il faut éviter d'éventuelles blessures entre les deux protagonistes et veiller au reste du troupeau.

Le contrat de saillie

Pour éviter litiges ou déboires ultérieurs, il est indispensable de rédiger, en deux exemplaires datés et signés, un contrat de saillie entre l'éleveur et le propriétaire

Ce document écrit précisera les bases légales et réglementaires relatives à la saillie, mais aussi les informations suivantes :

  • l'identification de l'étalon et de la jument (n° de SIRE, voire les origines et performances) ;
  • les conditions d'hébergement (forfait suivi chaleur, poulinage, tarif journalier) ;
  • le coût de la saillie (payable à la réservation ou pas, avec ou sans garantie).

Une clause d'annulation de contrat sans indemnités en cas de vente, décès ou de départ de l'étalon, peut être ajoutée.

Pour enregistrer le poulain auprès de l'IFCE (Institut français du cheval et de l'équitation), l'éleveur aura aussi besoin de différents documents remplis par l'étalonnier, comme :

  • la déclaration du premier saut (DPS) ;
  • l'attestation de saillie après la monte ;
  • le certificat de saillie à la naissance du poulain et au plus tard au paiement de la saillie.

Aussi dans la rubrique :

Santé du cheval

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider