Sommaire

Envie d'une grande bouffée d'air frais, de découvrir la nature tout en partageant ce moment agréable avec votre monture et en groupe ? La randonnée à cheval est faite pour vous. Cependant, avant de vous lancer, il est préférable d'avoir un bon niveau équestre, d'être sportif et endurant, car cette discipline n'est pas de tout repos.

Principe de la randonnée à cheval

Pour les passionnés de la nature et de l'équitation d'extérieur, la randonnée à cheval est une autre façon de découvrir nos belles régions françaises, voire d'autres pays qui proposent ce type d'activité. Contrairement à la balade à cheval qui peut être pratiquée par des cavaliers plus ou moins expérimentés, la randonnée équestre demande beaucoup plus d'expérience :

  • La randonnée s'étale sur plusieurs jours, tandis que la balade dure 3 heures maximum.
  • Il faut savoir :
    • gérer sa monture aux 3 allures ;
    • s'occuper correctement de son cheval durant toute la randonnée. 
  • Comme pour la balade à cheval, c'est un ATE (Accompagnateur de tourisme équestre) qui est responsable et organise la randonnée. Celui-ci doit être impérativement diplômé pour l'équitation d'extérieur. 
  • La randonnée à cheval se pratique en majorité au pas pour ménager sa monture qui se déplace sur plusieurs jours. Elle est ponctuée de trotting et de quelques galops durant la journée. 

Comment préparer une randonnée équestre ?

Une randonnée équestre se prépare et s'organise. On doit prévoir :

  • son itinéraire ;
  • son matériel et paquetage avant de partir ;
  • son cheval qui est la clé d'une balade inoubliable et réussie.

Préparation de l'itinéraire

En règle générale, on a une petite idée de l'endroit où la randonnée va se dérouler car on aura choisi la région que l'on veut découvrir avec soin. Cependant, on ne peut pas arpenter, sur le dos de sa monture, tous les sentiers et les voies publiques. Certains sont réglementés, d'autres interdits aux chevaux. Il y a donc des règles à respecter, le cheval étant considéré comme un véhicule. L'ATE aura donc pris tous les renseignements nécessaires pour préparer sa randonnée. En tant que randonneur équestre, vous pourrez vous intéresser à l'itinéraire qui permet de :

  • dénicher des endroits agréables pour faire des pauses et des pique-niques ;
  • éviter les routes au maximum, tout en privilégiant les sentiers de campagne ;
  • repérer des lieux ou les centres équestres susceptibles de vous recevoir, afin de passer une nuit agréable pour le cavalier et sa monture.

Choisir le bon cheval

Pour partir en randonnée à cheval, il est préférable d'opter pour le bon cheval, c'est-à-dire un cheval qui n'a pas peur de sortir en extérieur.

  • Il doit être habitué aux grandes balades et randonnées et donc familiarisé avec le monde extérieur comme les engins motorisés, les vélos, les gués, les ponts, les passages à niveau.
  • Il ne doit pas avoir peur des sacs plastique qui s'envolent, ni être effrayé quand vous ôtez votre blouson, par exemple. 
  • Il doit aussi aimer voyager en groupe ; il est donc sociable.

C'est généralement l'organisateur de la randonnée qui vous attribue votre monture. Toutefois, certains ATE acceptent que vous partiez avec votre propre cheval si ce dernier a déjà fait de la randonnée.

L'équipement : matériel et paquetages

Si vous partez pour plusieurs jours, un bon matériel est de rigueur :

  • Une selle confortable pour soulager votre fessier durant toute la journée. Une mauvaise selle occasionne des blessures voire des escarres. Il sera donc difficile pour vous de continuer la randonnée dans ces conditions, car vous allez souffrir et vous dandiner d'un côté à l'autre de la selle.
  • Des sacoches doivent être aussi fixées à la selle : ce sont vos bagages. Attention, elles ne doivent pas reposer sur les reins du cheval pour ne pas le blesser. 
  • Pour vous, prévoyez :
    • des vêtements en fonction des saisons ;
    • des boots confortables. 
  • Pour le cheval, emportez :
    • un cure-pieds ;
    • des brosses de pansage ;
    • du matériel de maréchalerie.

Déroulement de la randonnée équestre

Préparation

Vous avez fait connaissance du groupe et de votre accompagnateur dans une ambiance conviviale :

  • Votre cheval est prêt et harnaché et vous avez pensé à ne pas oublier de placer votre licol sous le filet, ce qui a l'avantage d'attacher votre monture à chaque pause.
  • La longe peut être rangée dans une poche du tapis ou bien fixée correctement à l'encolure du cheval sans faire de nœud coulissant. 
  • On pense aussi à :
    • la boussole ;
    • la carte d'état major plastifiée pour se repérer ;
    • une lampe de poche si la nuit tombe vite.
  • Le téléphone portable est aussi indispensable en cas de problème ou pour joindre le véhicule de ravitaillement si cela s'avère nécessaire.

Sur la route à cheval

Sur la route, il est essentiel de respecter les consignes de sécurité suivantes :

  • On respecte impérativement les distances de sécurité entre chaque cheval et on se suit en file indienne.
  • Sur les routes, on est placé bien à droite et au pas. 
  • Pour traverser une route, c'est l'accompagnateur qui donne le signal. Généralement, le groupe se positionne en bataille et quand la voie de circulation le permet, on s'engage tous en même temps pour traverser. 
  • On fait des haltes toutes les deux heures pour que le cheval récupère :
    • On peut aussi marcher à côté de lui sur quelques cents mètres, avant la pause. Cela permet de soulager votre monture. On en profite pour dessangler d'un trou ou deux.
    • Le cavalier descend également de cheval lors de passages difficiles

Les haltes d'étape

Les haltes d'étape sont essentielles pour que tout le monde puisse se détendre et récupérer. Pour cela :

  • On descend de cheval et on prépare une ligne d'attache entre 2 arbres pour attacher les chevaux.
  • Des nœuds de ligne sont prévus à cet effet : on les espace de 3 mètres environ pour accrocher la monture.
  • Le cheval doit pouvoir brouter sans faire de prise de longe. 

Le cheval passe donc en premier et le cavalier s'occupe de lui en dernier, c'est-à-dire que vous devez :

  • penser à abreuver votre cheval régulièrement surtout quand il fait chaud ;
  • attendre avant de desseller : on dessangle progressivement pour évitez les gonfles (échauffements dus à la selle) ;
  • vérifier que la monture n'est pas blessée et si le temps est froid, voire humide, on couvre le cheval qui a transpiré pour qu'il ne prenne pas froid durant la halte.

La dernière halte d'étape

La nuit commence à tomber et vous êtes fatigué de votre journée. Vous avez déterminé, lors de votre tracé d'itinéraire, l'endroit où vous allez vous arrêter pour dormir. C'est généralement un gîte d'étape pour chevaux ou un centre équestre qui vous accueille avec votre cavalerie :

  • Comme pour les pauses, on s'occupe en premier de son cheval tout en n'oubliant pas de le nourrir.
  • La cavalerie peut être hébergée dans des box ou dans des prés prévus à cet effet.

Quant à vous, vous serez également fatigué, peut-être un peu courbaturé, car la randonnée équestre sollicite aussi le cavalier.

Aussi dans la rubrique :

Pratiquer l’équitation

Sommaire