Sommaire

Relativement récente, l'éthologie équine a fait son apparition dans les années 1970. Elle cherche à étudier les comportements des chevaux dans leur milieu naturel. Grâce à ces études, nous disposons aujourd'hui de clés faciles pour comprendre le cheval, interagir avec lui et lui apporter de meilleurs soins.

Une de ces études, menée en 1972 par les Haras nationaux (aujourd'hui l'Institut français du cheval et de l'équitation), a constitué à mettre en place des troupeaux expérimentaux de chevaux durant une dizaine d'années. L'idée ? Mieux les observer pour mieux les comprendre.

Qu'est ce que l'éthologie ?

L'éthologie est la science du comportement animal. Elle concerne les différents types de comportement social et individuel des animaux. Elle consiste à observer les animaux dans leur milieu naturel pour mieux les cerner, et donc pour mieux communiquer avec eux.

Un bon exemple est l'étude de Karl Von Frisch (1886-1982) sur les abeilles. Cette étude lui a permis de découvrir la « danse des abeilles », lorsque les abeilles communiquent entre elles pour signaler la présence d'une nourriture intéressante. Ce comportement est inné car il est dicté par leurs gènes.

Les grands principes de l'éthologie équine

On ne naît pas homme de cheval. On le devient en apprenant à le comprendre pour mieux communiquer avec lui. Un homme de cheval n'est pas nécessairement un cavalier respectant sa monture, mais toute personne qui aime et cherche à comprendre les chevaux en les observant ou en les soignant.

En équitation, il est préférable d'obtenir ce que l'on souhaite par l'adhésion de l'équidé et non par la force. Pour y arriver, il est judicieux de demander à votre cheval ce que vous êtes sûr de pouvoir obtenir. En clair, l'homme n'est ni un prédateur, ni un dominant pour le cheval. Il doit chercher à établir une complicité avec sa monture et obtenir sa coopération.

Pour y parvenir, le cavalier doit faire appel à la pédagogie, être patient, calme et juste. Bref, il doit adopter le bon état d'esprit en étant le référent du cheval, pas son dompteur (même lors du dressage). Comme un bon père de famille, l'homme doit être rassurant pour son cheval. Ce dernier doit avoir confiance en son cavalier et non en avoir peur. Pour que le cheval respecte l'homme, il faut comprendre ses besoins et faire preuve de cohérence dans ses demandes tout en modérant ses exigences.

Lire l'article Ooreka

Éthologie du cheval : les clés de la réussite

Les différentes clés de la réussite en éthologie sont : savoir observer, se remettre en question, se maîtriser, et être constant dans ses demandes.

Savoir observer

« Être un bon cavalier » et « savoir observer » sont indissociables. Prendre le temps d'observer son cheval dans un pré est très enrichissant, car on en apprend beaucoup sur sa façon de se comporter en groupe. N'oublions pas que le cheval est un animal grégaire supportant difficilement la solitude.

Que peut révéler l'observation des chevaux ?

  • On peut reconnaître le dominant, les dominés et leur place dans la hiérarchie. On peut aussi déceler leurs différents modes de communication suivant la posture des membres ou des oreilles.
  • On peut savoir si votre cheval est en bonne santé. Si vous avez développé une grande complicité avec votre monture, vous vous connaissez pratiquement par cœur. Et d'un seul coup d'œil, vous devez être capable de savoir dans quel état d'esprit est votre compagnon aujourd'hui.
Lire l'article Ooreka

Se remettre en question

Le but est de ne pas rester sur ses acquis, mais de savoir progresser de jour en jour. Pour y parvenir, il est indispensable de savoir se remettre en question, de faire preuve d'humilité et d'être capable de s'autocritiquer : ce n'est pas toujours la faute du cheval ! Il faut savoir reconnaître ses erreurs. Et plus important encore, savoir rectifier le tir quand cela s'avère nécessaire.

Votre cheval a bien réalisé ses exercices, il vous a donné le meilleur de lui même, il a fait un pas dans la bonne direction ? N'hésitez pas à le récompenser par des caresses ou votre voix douce. La gestuelle, au même titre que le regard et la voix, permettent de communiquer avec le cheval.

Se maîtriser

Quand vous avez peur, vous avez du mal à vous maîtriser et le cheval le ressent à votre approche. Cherchez à l'aborder dans un bon état d'esprit. Même s'il est puissant et massif, prenez votre courage à deux mains et travaillez sur vous-même pour chasser votre appréhension. Respirez un grand coup et modérez votre rythme cardiaque.

La maîtrise de soi implique d'adopter les comportement suivants :

  • Sachez vous dominer pour approcher votre monture et apprendre à canaliser votre énergie.
  • Quand vous vous avancez vers lui, marchez d'un pas assuré, regardez franchement votre cheval, puis parlez-lui et caressez-le d'une main franche.
  • Soyez cohérent dans vos gestes car la gestuelle est essentielle pour communiquer avec votre monture. N'hésitez pas à passer beaucoup de temps avec votre cheval, faites preuve de tact envers lui. Si vous êtes attentif, votre compagnon vous apprendra beaucoup en retour.

Savoir rester constant

Le cheval a ses habitudes, et il déteste en changer. Il en est de même pour vos attitudes face à son comportement. Quand vous changez d'attitude, c'est déstabilisant et peu sécurisant pour lui.

En résumé :

  • Soyez constant et cohérent dans votre communication. Votre cheval couche les oreilles et cherche à vous mordre quand vous le sellez ? Punissez-le à chaque fois, par le même mot (« Non ! ») et le même geste, et non pas une fois de temps en temps. C'est par la répétition qu'il comprend ce qui est bien et ce qui est mal.
  • À l'inverse, dès que vous avez obtenu une réponse positive de votre monture, ayez constamment le réflexe de recourir à la descente des aides (cesser toute action, relâcher mains et pieds).
  • Enfin, l'apprentissage passe par le calme et le sang-froid du cavalier ou de l'homme de cheval. Laissez-lui le temps d'assimiler ce que vous attendez de lui. Talleyrand disait : « Avec un cheval, je vais doucement, car je suis pressé. »

Le pansage, atout majeur de l'éthologie équine

Un atout majeur de l'éthologie est le pansage. Ce dernier n'a pas qu'une fonction hygiénique, c'est aussi une manière de lui faire plaisir : les chevaux adorent ces massages, qui les détendent.

Le pansage a aussi pour objectif d'habituer le cheval à se laisser toucher sur toutes les parties de son corps. C'est très utile lors de la période du débourrage.

Prenez le temps de panser votre cheval, car c'est un moment privilégié entre vous et lui, durant lequel vous faites aussi plus ample connaissance. Le pansage vous permet de développer une véritable relation de confiance avec votre cheval, et de communiquer avec lui.

Aussi dans la rubrique :

Choisir son cheval

Sommaire