Sommaire

L'equifeel a fait son apparition en France autour de l'année 2010. Cette récente discipline équestre a pour objectif de mettre en avant la complicité et la communication entre le cavalier et sa monture. 

Principes de l'equifeel

S'appuyant sur les bases de l'éthologie, l'equifeel est une activité équestre qui se pratique à pied. Ses caractéristiques sont les suivantes :

  • Elle est reconnue et réglementée par la FFE (Fédération française d'équitation).
  • Les principales interactions entre l'homme et le cheval permettent de mieux communiquer et ressentir, et d'aborder le cheval différemment. 
  • Idéal à tous les âges, l'equifeel permet de nouer une relation particulière et une grande complicité avec sa monture.
  • Cette pratique a aussi l'avantage de permettre aux non cavaliers de s'initier à une discipline équestre.

Intérêts de cette discipline

Cette discipline innovante se pratique dans le respect mutuel. Voici les principaux intérêts de l'equifeel :

  • Elle se déroule dans le calme sachant que l'homme apprend à être à l'écoute de sa monture.
  • Alternative au dressage et au CSO, l'equifeel permet au cheval de canaliser son énergie et d'être moins stressé lors des compétitions.
  • Le cheval est équilibré, confiant et bien dans sa tête. Le couple cavalier/cheval apprend ainsi à gérer sa peur
  • Patience, concentration, maîtrise sont les mots-clés de cette discipline. 

Comment pratiquer l'equifeel ?

Tout d'abord, un cours d'equifeel doit être préparé et mûrement réfléchi. On établit un petit programme dans sa tête et on liste tous les objectifs à atteindre lors de cette séance pour obtenir de bons résultats. Voici quelques conseils pour mettre à profit vos séances d'equifeel :

  • Il est nécessaire d'avoir une bonne maîtrise de la gestuelle pour être bien compris du cheval, mais aussi d'avoir un certain sens de l'observation.  
  • Le référent (l'homme) doit faire réaliser à son cheval différents exercices en s'appuyant sur son langage corporel précis et la communication vocale. La difficulté des exercices doit être progressive. 
  • Lors de l'apprentissage, le référent se place à côté et/ou proche de son cheval :
    • Au début, l'animal est tenu à la longe. Par la suite, celle-ci n'est plus nécessaire.
    • Chacun doit conserver son espace en respectant une certaine distance.
  • Lors des différents exercices, le cavalier doit être en mesure de faire bouger sa monture quand il le souhaite, avec ou sans longe.
  • En cas de refus du cheval, il faut aussi savoir se remettre en question. La gestuelle et/ou la communication orale n'ont peut être pas été bien formulées, ce n'est pas toujours la faute du cheval. 

Les 17 tests ludiques de l'equifeel

En concours, il existe 17 tests (exercices) très ludiques et variés parmi lesquels le cavalier choisit son niveau de difficulté. Ce sont des « contrats » avec des niveaux de difficulté variable permettant de gagner des points (10, 15, 20) et à réaliser dans des délais impartis :

  • le licol ;
  • le trèfle ;
  • le van ;
  • le va-et-vient ;
  • le cercle ;
  • la bâche ;
  • l'essuie-glaces ;
  • le pivot ;
  • le compas ;
  • les embûches ;
  • les transitions ;
  • le déplacement latéral ;
  • le double ;
  • le slalom ;
  • le saut à la longe ;
  • le van 2 ;
  • le trèfle à 4 feuilles.

Débuter en equifeel : les exercices de base

Pour démarrer en equifeel, il est judicieux de commencer par des exercices élémentaires, tels que :

  • tenir son cheval à la longe dans le calme et le faire suivre en liberté ;
  • le reculer seul et le reculer sur une barre au sol ;
  • les embûches comme marcher sur une bâche sans difficulté ;
  • les transitions d'allure d'une zone à une autre à la longe, puis en liberté.

Aussi dans la rubrique :

Pratiquer l’équitation

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider