Sommaire

L'emphysème pulmonaire ou crise de pousse fait partie des maladies du cheval. Cette maladie inflammatoire chronique et/ou allergique qui se caractérise chez le cheval par des difficultés respiratoires (dyspnée).

L'emphysème pulmonaire, tout comme la leptospirose, fait partie des vices rédhibitoires et peut annuler une vente si elle est détectée lors de la visite d'achat du cheval effectuée par le vétérinaire. Cependant, soigné convenablement, un cheval atteint d'emphysème peut vivre de longues années. Il peut même continuer à être monté et effectuer des balades.

Qu'est-ce-que l'emphysème du cheval ?

L'emphysème ou crise de pousse est une maladie grave et incurable qui détruit les alvéoles pulmonaires du cheval.

Le cheval a beaucoup de mal à respirer, il s'essouffle, s'épuise, tousse. Sa respiration est saccadée. Il va donc expirer en poussant avec ses muscles abdominaux pour faire sortir l'air, ce qui provoque des spasmes plus ou moins importants selon la crise. Le cheval est de plus en plus intolérant à l'effort. Cela ressemble un peu à de l'asthme.

Causes de l'emphysème du cheval

L'emphysème est une maladie avant tout environnementale, provoquée par des facteurs environnementaux tels que :

  • la poussière ;
  • les moisissures du foin et de la paille ;
  • le pollen ;
  • une mauvaise litière du box.

Pour se protéger des différentes particules allergènes ou nocives présentes dans l'environnement, le système immunitaire du cheval va libérer des molécules pro-inflammatoires suscitant un afflux important de cellules inflammatoires dans les poumons.

Cela a plusieurs conséquences :

  • la fermeture des bronches ;
  • l'élévation de la production de mucus, qui peut s'accumuler à l'intérieur des poumons ou s'extérioriser sous forme de jetage nasal ;
  • une hypertrophie des muscles lisses bronchiques.

Symptômes de l'emphysème du cheval

Selon l'importance de la maladie ou de la crise, vous pouvez rencontrer les symptômes suivants :

  • Le cheval éprouve des difficultés respiratoires même au complet repos. Il contracte ses muscles abdominaux pour mieux respirer. Ses flancs se contractent de façon saccadée. Ses nasaux se gonflent au moment de l'effort respiratoire. Certains équidés saignent même du nez.
  • Le muscle de l'abdomen est hypertrophié. Vous observez une sorte de ligne sur son flanc, la « ligne de pousse »).
  • Sa fréquence cardiaque augmente.
  • Le cheval est sujet à une toux chronique, persistante et sèche à l'effort et au repos, avec flatulences durant la toux.
  • Il subit un jetage nasal.
  • Vous observez un amaigrissement spectaculaire.
  • Il produit des bruits respiratoires comme des sifflements ou des crépitements.

Que faire en cas d'emphysème ?

S'il est atteint d'emphysème, il est vital de procéder au changement d'environnement de votre cheval :

  • Changez l'hébergement du cheval pour un box plus spacieux et bien aéré. Évitez les endroits où il y a beaucoup d'allers et venues provoquant de la poussière. Évitez également et la proximité du stockage du foin ou de la paille. Vous pouvez aussi changer sa litière en optant pour des copeaux de bois par exemple.
  • Ne balayez pas quand le cheval est dans le box, pensez à arroser le sol.
  • Sortez l'animal tous les jours au paddock pour qu'il puisse respirer l'air frais.
  • Le must est d'installer le cheval avec ses congénères dans un grand pré avec un abri pour le protéger des intempéries.
  • Donnez-lui plus de foin, ou du foin bien mouillé, voire du foin en cube ou traité contre la poussière.

Si vous ne changez pas votre cheval d'environnement ou si vous continuez à lui donner du foin poussiéreux, la maladie va s'aggraver, les crises vont s'accentuer et deviendront plus fréquentes. Votre cheval sera épuisé par la maladie, son cœur ne suivra pas.

Comment traiter l'emphysème ?

Il n'existe pas de véritable traitement contre l'emphysème, car cette maladie est incurable. Le premier traitement reste le changement d'environnement. Toutefois, une fois le diagnostic posé par le vétérinaire, ce dernier peut conseiller de lui administrer, en doses plus ou moins élevées selon la sévérité des crises :

  • des anti-inflammatoires à base de corticoïdes (intraveineuse, intramusculaire ou par voie orale) ;
  • les bronchodilatateurs, qui permettent au cheval de mieux respirer en l'aidant à ouvrir ses bronches.

Pour faciliter la respiration de votre cheval, vous pouvez aussi faire appel à des produits naturels à base de plantes, des sirops et autres compléments alimentaires. Ces traitements peuvent être donnés à votre cheval pendant plusieurs semaines, et sont utiles aussi bien prévention que pendant une crise.

Aussi dans la rubrique :

Santé du cheval

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider