Débourrer un cheval

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

Avant de dresser un cheval, on passe par la toute première phase d'éducation qui est le débourrage. Il est préférable pour cela que le poulain ait été manipulé par l'homme auparavant et régulièrement. Principe, prémices et méthodes, tout savoir sur le débourrage.

Débourrer un cheval : les prémices

Pour être certain de ne pas « abîmer » un cheval, d'un point de vue psychologique ou physique, il est essentiel de confier la tâche du débourrage à un professionnel, ou à un expert reconnu, surtout si vous n'avez aucune connaissance en la matière.

Voici les points importants à savoir à propos du débourrage :

  • L'équidé doit être en âge d'apprendre. C'est aux environs de la troisième année que l'on peut démarrer un travail léger, car le poulain est encore très jeune pour lutter avec beaucoup de vigueur, contrairement à un cheval un peu plus âgé.
  • Le débourrage est une étape cruciale dans la vie du cheval et une (deuxième) prise de contact entre l'animal et l'homme. Le poulain a normalement été familiarisé avec l'humain dès sa plus tendre enfance. Si ce n'est pas le cas, les choses peuvent être plus complexes.
  • Les prémices du débourrage reviennent un peu à éduquer un enfant : on lui apprend le bien, le mal, ce qu'il a le droit de faire et ce qui est interdit.  

La clé de la réussite est une confiance mutuelle, une grande complicité et une parfaite communication entre l'éducateur et l'éduqué.

Les grands principes du débourrage

Pour démarrer le débourrage, sont nécessaires  :

  • la voix, qui permet de canaliser le stress du cheval ;
  • le calme, la détermination et un brin d'autorité pour travailler progressivement ;
  • le tête-à-tête, relation intime, favorise le contact et la complicité. Le cheval doit pouvoir se concentrer sur une seule personne. Le couple cavalier/cheval naît de cette expérience. 

Lors de cette première étape, le cavalier doit chercher à comprendre le cheval, mais aussi à observer son comportement. Le cheval transmet des indicateurs qu'il faut connaître et reconnaître pour savoir s'il est détendu, stressé ou en colère.

Établir un climat de confiance

Vous avez réussi à établir un bon contact avec votre cheval. Il a confiance en vous et votre voix va devenir le relais entre vous et lui pour toutes les étapes qui vont suivre, ce qui implique que :

  • Il vous a accepté comme dominant et comme référent, et vous n'êtes, en aucun cas, une menace pour lui.
  • Le contact entre la bouche du cheval et votre main est devenu naturel, le côté affectif est développé. 
  • Le poulain ne sait pas ce que vous attendez de lui, il va donc falloir lui expliquer calmement.

Commencer le travail de débourrage à pied

Il est préférable de démarrer le travail de débourrage à pied, dans un environnement familier, pour permettre au cheval d'être le plus détendu possible.

À retenir sur le débourrage à pied :

  • Votre voix et vos indications lui sont bien connues et le rassurent. 
  • Le travail à pied peut se réaliser en main, en longe ou en liberté pour enseigner les trois allures
  • C'est toujours la parole qui indique l'exercice à accomplir. Si elle ne suffit pas, on peut utiliser légèrement le stick pour mettre l'animal en mouvement.
  • On commence par de toutes petites séances pour ne pas blaser le cheval.
  • Il doit impérativement acquérir les exercices du contrôle de la tête, des hanches et des épaules, les arrêts puis les gestes du montoir avant d'avoir un cavalier sur son dos.

On entreprend le travail en selle une fois que les exercices à pied ont bien été assimilés.

Débourrer un cheval : avec un cavalier sur le dos

Avoir un cavalier sur son dos est loin d'être naturel pour le cheval. Il est donc essentiel de démarrer la première fois par une toute petite séance pour ne pas trop le stresser.  Il est indispensable que le cheval accepte le poids du cavalier. Pour y parvenir, il a aussi besoin d'une aide à pied.

Les points essentiels à retenir :

  • Le cheval doit comprendre et apprendre le code des jambes.
  • On démarre doucement dans les actions des jambes si l'on ne veut pas voir le poulain se figer, partir en ruade ou se cabrer.
  • Il est aussi important de ne pas tirer sur sa bouche, très sensible.

N'oublions pas que pour lui, au début, c'est d'abord une sensation désagréable. Rien n'est encore acquis ! Il ne s'agit pas de mauvaise volonté ; il cherche à comprendre ce que vous attendez de lui. L'objectif (et parfois la difficulté) est d'habituer le cheval à sa charge sur le dos et au contact des jambes.  

Si lors d'une séance, vous ne le sentez vraiment pas, ou si vous n'êtes pas rassuré sur le dos de votre cheval, n'insistez pas et descendez de votre monture. Préférez revenir sur un travail à pied, pour reprendre des bases plus ou moins bien assimilées par votre animal. Mieux vaut un réticent en excellente santé, qu'un téméraire à l'hôpital !

Aussi dans la rubrique :

Pratiquer l’équitation

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider