Sommaire

Le monde des courses de chevaux est captivant, surprenant et enivrant pour les parieurs. Mais c'est aussi une compétition entre les éleveurs et les professionnels des courses, toujours en quête du cheval rare qui pourrait rapporter des millions.

Comment devenir propriétaire d'un cheval de course

Brève histoire des courses de chevaux

La première course française a eu lieu sur 1 600 m de piste à la plaine des Sablons en 1776. Puis, il faut attendre la Révolution française pour que les courses hippiques s'imposent réellement en France. Ensuite, cet engouement n'a cessé de croître.

Ce qu'il faut principalement retenir :

  • Le Jockey Club français fut fondé en 1833 par un noble anglais, Lord Seymour, qui vivait à Paris à cette époque. Puis, le prix du Jockey Club vit le jour 3 ans plus tard. La course se déroulait alors sur une distance de 2 400 m.
  • En 1857, une belle piste fut créée près du Bois de Boulogne, donnant naissance à l'hippodrome de Longchamp qui devint le plus prestigieux et le plus élégant du monde. C'est à cet endroit que se déroule le Prix de l'Arc de Triomphe. 

L'importance de l'hippodrome

Les courses hippiques se déroulent sur un hippodrome. La qualité et l'état de la piste est déterminante lorsque les chevaux vont courir, ce qui veut dire que celle-ci peut avoir une forte influence sur la performance des montures :

  • Certains équidés préfèrent courir sur une piste en herbe tandis que d'autres seront beaucoup plus à l'aise sur une piste de sable ou cendrée, par exemple.
  • De ce fait, l'état de la piste joue énormément le jour de la course et peut influencer énormément un pronostic de turf sachant que le terrain peut être léger, bon, souple, collant, lourd etc. Les performances et la classification du cheval à l'arrivée peuvent s'en trouver modifier.

Courses hippiques et types d'épreuves

Les courses hippiques regroupent plusieurs types d'épreuves :

  • sur le plat (galop) ;
  • le trot monté, le trot attelé ;
  • l'obstacle : les haies, le steeple-chase et le cross-country.

L'entraînement des chevaux est différent selon l'épreuve. Ce sont les meilleurs athlètes qui sont sélectionnés pour courir, c'est pour cela que les éleveurs de chevaux participent sans cesse à l'amélioration de leurs performances. 

Quels types de chevaux pour courir ?

Selon les différentes races de chevaux, on note les spécificités suivantes :

  • Rapide, agile et sportif, le cheval idéal et le plus adapté aux courses hippiques en plat est le pur-sang en tant que galopeur. Un véritable crack peut atteindre 60 km/h à la course
  • Bien entendu, pour le trot, on privilégie le trotteur.
  • Quant au selle français, il est prédisposé à la course d'obstacles.

Courses de chevaux : le rôle de l'entraîneur

Entraîner des chevaux à la course est un art difficile et très prenant. L'objectif de l'entraîneur est d'amener le cheval au mieux de sa condition, de façon à le faire courir plus vite que ses concurrents, avec assez de rigueur et d'endurance pour maintenir sa vitesse. Pour ce faire, le propriétaire demande à l'entraîneur de s'occuper de son cheval ou l'entraîneur propose ses services en achetant un yearling (poulain né l'année précédente, souvent un pur-sang) à un propriétaire. Le rôle de l'entraîneur sera alors le suivant :

  • L'entraîneur est charger de débourrer, de longer sur des rênes longues, de seller et de monter le cheval. Celui-ci est souvent travaillé chaque matin avec d'autres pensionnaires de l'écurie.
  • Ensuite, l'entraîneur prépare un programme de travail au cheval permettant de déterminer sa meilleure distance et sa meilleure allure :
    • Il confie la monture à un jockey pour le travailler selon le programme établi.
    • Dès que le cheval est prêt, celui-ci est inscrit pour sa première course. 
  • Généralement, la journée se découpe ainsi :
    • Les entraînements des chevaux commencent à l'aube.
    • Dans la matinée, l'entraîneur gère les tâches administratives comme la préparation des courses à venir.
    • Dans l'après-midi ou en soirée, l'entraîneur analyse chaque cheval pour voir son évolution. 

Les entraîneurs touchent un pourcentage sur le prix gagné par les chevaux. Leur rémunération est basée également sur les paris et la vente de chevaux afin d'acheter d'autres athlètes plus performants. 

Le rôle du jockey

Comme l'entraîneur, le jockey touche un certain pourcentage sur le prix gagné par le cheval qu'il monte. Toutefois, le cheval monté n'appartient pas au jockey, mais à un propriétaire. Le cheval et le jockey s'entraînent chacun de leur côté. Ainsi, il faut savoir que :

  • Le jockey est mandaté par le propriétaire pour monter le cheval, ce qui veut dire que le jockey ne connaît pas forcément le cheval qu'il va monter le jour de la course. Ils vont donc se découvrir mutuellement le jour J. 
  • Durant sa vie, le cheval peut être monté par différents jockeys qui correspondront ou non à son caractère. C'est pour cela qu'il est essentiel de trouver le bon jockey adapté au cheval.  

Aussi dans la rubrique :

Pratiquer l’équitation

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider