Coup de sang du cheval : la myosite

Sommaire

Toutes les races de chevaux peuvent être touchées par un coup de sang. Il s'agit d'un trouble musculaire grave qu'il ne faut surtout pas prendre à la légère. On le nomme aussi « myoglobinurie paroxystique (ou paralytique) » , « myosite » ou encore « maladie du lundi ».

Coup de sang du cheval : définition

Le coup de sang est une affection des muscles locomoteurs produite par l'accumulation d'acide lactique dans les muscles du cheval. Elle est due à un trouble musculaire à l'effort qui entraîne une mauvaise utilisation du glucose. Le cheval se paralyse de l'arrière-main, ce qui est excessivement douloureux pour lui.

Les différentes étapes du coup de sang sont les suivantes :

  1. Lorsque le cheval se repose tranquillement au box ou au pré, il emmagasine du glucose dans ses muscles.
  2. Au moment d'un effort intense, son corps va réagir rapidement en puisant dans ses réserves d'énergie.
  3. L'animal ne produit pas assez d'oxygène et va mettre en péril le foie et les reins qui seront surchargés. On dit que le cheval est en anaérobie.
  4. L'acide lactique qui doit être éliminé par la circulation sanguine est donc stocké au niveau des muscles, ce qui provoque le fameux coup de sang.

Les lésions peuvent être irréversibles et de deux types :

  • dans les cas les plus graves, les fibres musculaires éclatent ;
  • dans d'autres cas, le cheval peut en garder des séquelles hépatiques, rénales et musculaires toute sa vie. Il peut même refaire des coups de sang.

Soyez donc très vigilant !

Les causes de la myosite

Travail et vie familiale obligent souvent le propriétaire à ne pas pouvoir systématiquement travailler avec son cheval quotidiennement. L'animal broute alors dans son pré, navigue entre le box et le paddock durant la semaine. Arrive le week-end, où le propriétaire peut enfin s'occuper de son cheval, plus ou moins intensivement, notamment quand il y a un concours le dimanche. Le cheval va alors énormément puiser dans ses réserves et risque, dès le lendemain ou surlendemain, de faire un coup de sang.

Les symptômes du coup de sang chez le cheval

Si votre cheval est en plein travail et qu'il fournit beaucoup d'efforts, il risque de s'arrêter brutalement ou de manquer d'allant d'un seul coup. Dans ce cas, il est impératif de mettre pied à terre tout de suite, d'arrêter la séance de travail ou le concours, sous peine de perdre son cheval.

Les autres symptômes sont :

  • l'élévation de la température corporelle ;
  • une respiration saccadée ;
  • le rythme cardiaque accéléré ; 
  • les muscles de l'arrière-main qui se paralysent (le cheval ne peut plus bouger) ;
  • des muqueuses qui deviennent rouge foncé ;
  • une urine couleur chocolat.

Que faire en cas de myosite ? 

Même si la situation peut être grave, il faut éviter de paniquer. Considérez l'urgence en gardant votre calme et appelez sans attendre le vétérinaire, pour éviter la destruction des cellules musculaires.

À faire avant l'arrivée du vétérinaire :

  • Couvrir le cheval et ne surtout pas l'obliger à se déplacer.
  • Abreuver l'animal s'il a soif.

Attention, il ne faut surtout pas :

  • Le nourrir, excepté avec du foin.
  • Lui masser les membres.
  • Le doucher, ni même à l'eau froide.
  • Lui administrer des tranquillisants.

Coup de sang : quel traitement ?

Selon la gravité du coup de sang, le vétérinaire décide du traitement. Dans un premier temps, il réduit et soulage la douleur du cheval en lui administrant des antalgiques, anti-inflammatoires ou myorelaxants.

Selon l'ampleur des dégâts, le vétérinaire peut faire des injections de vitamines C et E. Des analyses biologiques sont aussi envisagées pour connaître la mesure des enzymes musculaires (CPK et ASAT) et rénales (urée et créatinine). 

Coup de sang : la prévention

Le coup de sang peut être irrémédiable s'il n'est pas pris à temps. C'est pourquoi, il est essentiel de prévenir l'éventualité et mettre en place une bonne adéquation entre l'activité travail / repos et la ration du cheval.

Tout comme l'homme, le cheval doit régulièrement faire un minimum d'exercices et ne pas être excessivement nourri. Un équidé en surpoids sera forcément plus sensible qu'un autre car il aura du mal à brûler les graisses stockées.

Aussi dans la rubrique :

Santé du cheval

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider