Sommaire

Les coliques peuvent être plus ou moins graves et d'origines très différentes. Elles ne sont pas toutes liées à un problème d'alimentation. Avec la fourbure ou la maladie naviculaire, c'est la hantise de tous les propriétaires, et pour cause : c'est la première cause de mortalité chez les chevaux. Une colique peut emmener un cheval à la mort en seulement quelques heures.

Chez les humains, les coliques se traduisent par des diarrhées. Pour le cheval, c'est le contraire, il ne peut plus évacuer correctement ses crottins. Il ne peut pas vomir non plus.

Qu'est-ce-qu'une colique chez le cheval ?

Toutes les manifestations douloureuses abdominales chez le cheval sont généralement synonymes de coliques. Elles correspondent souvent à une production excessive de gaz dans l'intestin.

Cependant, les coliques les plus graves et les plus dangereuses correspondent à :

  • un bouchon d'aliments qui ne permet pas au cheval d'évacuer correctement ;
  • une torsion de l'intestin.

Les causes de la colique chez le cheval

La colique ne prévient pas, elle peut survenir en plein jour mais aussi la nuit quand tout le monde dort.

Plusieurs phénomènes peuvent déclencher une colique chez le cheval :

  • en premier lieu, l'extrême sensibilité du système digestif (changement brutal d'alimentation, suralimentation) ;
  • le stress (votre cheval est un grand anxieux, il supporte difficilement les changements d'hébergement, de lieu, d'activité ou de transport) ;
  • un changement brutal de température ;
  • des parasites (infestation de vers) ;
  • le pica (quand le cheval mange de la terre, du sable et des crottins) ;
  • une eau trop froide ingérée par le cheval après un effort intense ;
  • des dents mal soignées, le cheval ne mâchant pas correctement.

Les symptômes de la colique chez le cheval

Vous arrivez de bon matin pour vous occuper de votre cheval et vous vous apercevez, que contrairement à son habitude, il n'est pas là pour vous saluer mais il reste couché. Il se regarde les flancs, il se roule. L'animal peut aussi gratter avec son antérieur. Sa litière est complètement retournée, il a eu une nuit agitée et difficile.

D'autres signes doivent aussi vous alerter :

  • Il perd l'appétit.
  • Il tourne en rond, il se tape les flancs.
  • Il se roule, se relève anormalement puis recommence à se rouler.
  • Il transpire anormalement, il reste couché sur le dos pour se soulager.
  • Il peut être campé.
  • Le cheval produit peu voire pas de crottins.
  • Vous n'entendez de bruits intestinaux (on doit entendre des gargouillis dans le ventre du cheval).

Après de longues souffrances, le cheval peut rentrer en état de choc :

  • Ses oreilles et ses membres deviennent froids.
  • Sa respiration s'accélère.
  • Ses muqueuses sont sèches et violacées.

Ces symptômes très caractéristiques confirment que votre cheval est en colique. Cependant, il n'est pas facile de déceler la gravité de cette dernière.

Que faire en cas de colique du cheval ?

Bien entendu, contactez rapidement votre vétérinaire. En attendant, pour soulager le cheval, il est recommandé :

  • De ne pas le nourrir.
  • De le faire marcher. Pour occuper le cheval et éviter qu'il ne se roule, vous pouvez le faire marcher doucement. Toutefois, si ce dernier préfère rester immobile, ne l'obligez pas à marcher. Surveillez-le afin qu'il ne se roule pas et laissez-le prendre la posture qui lui convient le mieux.
  • De rester près de votre cheval jusqu'à l'arrivée du vétérinaire. Cela rassure votre compagnon, qui peut être stressé.

Pour soulager le cheval, certains administrent un léger antalgique en attendant l'arrivée du vétérinaire.

Que faut-il éviter de faire en cas de colique ?

Les principales erreurs à éviter en cas de colique sont :

  • faire manger le cheval ;
  • faire boire le cheval, ce qui peut occasionner une dilatation de l'estomac. Cependant, on peut le faire boire un peu.

Traitement des coliques de cheval

Vous devez pouvoir fournir des informations cruciales au vétérinaire, comme :

  • Quand remonte son dernier repas ?
  • Quand le cheval a t-il émis ses derniers crottins ?
  • Depuis combien de temps vous semble t-il en colique ?
  • Lui avez-vous fait des injections ?

Une fois le diagnostic confirmé, le vétérinaire administre rapidement au cheval un antalgique et/ou un sédatif.

Il peut aussi :

  • vidanger l'estomac avec une sonde naso-œsophagienne ;
  • pratiquer une exploration rectale pour permettre d'évaluer la position des organes.

Dans les cas les plus extrêmes, le vétérinaire peut envisager une intervention chirurgicale en clinique.

Prévenir les coliques du cheval

Pour prévenir les coliques, il est judicieux et recommandé de :

  • vermifuger son cheval régulièrement ;
  • surveiller son alimentation ;
  • ne pas lui donner de l'eau trop froide à boire ;
  • éviter des grosses séances de travail après un repas ;
  • vérifier régulièrement ses crottins qui doivent être consistants, bien moulés et sans mauvaises odeurs.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Santé du cheval

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider